Eleanor Friedberger>Last Summer

J’aurais très bien pu tomber amoureux d’Eleanor Friedberger rien qu’en écoutant les tonalités singulières de cette voix fabuleuse, rien qu’en m’appropriant cette manière qu’elle a de parler/chanter, parfois comme dans l’urgence, sur les cathédrales que son frère construit pour mieux les mettre en pièces ou sur les morceaux, qu’on dirait presque… plus simples, de cet album solo qui m’arrive enfin, à la mort d’un été assez étrange. Last Summer sera donc un des rares rayons de soleil a avoir percé la grisaille. Sans être dubitatif, j’étais assez curieux d’entendre ce que la moitié à frange des Fiery Furnaces, groupe mille fois chéri, pouvait bien faire toute seule dans son coin. Comme je l’ai vite découvert avec des tressaillements de jeune fille amoureuse Last Summer est un petit bijou faussement facile, faussement fleur bleue, formellement plus direct que n’importe quel album des Fiery Furnaces (ce qui n’est pas très compliqué en fait), disons que la beauté des morceaux s’offre de façon moins tarabiscotée, l’expérience tourne moins à l’initiation ésotérique. La fratrie avait pris l’habitude géniale de poignarder à coups de variations soudaines & répétitives les chansons les plus belles entendues depuis des lustres, la sœurette Friedberger, elle, abandonne grande ouverte la porte d’un talent assez fou laissant de l’espoir pour tout ceux qui veulent encore tomber amoureux.

My Mistakes :

Roosvelt Island :

About Lazare Bruyant

Bruyant
This entry was posted in Ecouter and tagged , , , . Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s